By admin | November 13, 2010 - 12:00 am

Dans son livre, "L'industrie de l'Holocauste", Norman Finkelstein décrit la façon dont cette tragédie continue à être instrumentalisée par des nantis qui, bien souvent, n'y ont pas été confrontés eux-mêmes.

Cette tendance n'est exagérée, a tel point qu'elle mène aux pires des ingérences.

L'exemple suivant présente les déboires de la SNCF aux Tazunis. Quel atome de cette entreprise est encore concerné par des événements vieux de plus d'une soixantaine d'années ? À qui cela profite-t-il réellement ?

Juifs déportés: les chemins de fer français font acte de contrition aux USA

PARIS – Pour préserver ses chances d'obtenir des contrats aux Etats-Unis, la société des chemins de fer français (SNCF) a exprimé pour la première fois ses regrets pour son rôle dans la déportation des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, a-t-on appris vendredi auprès de cette compagnie.

Jusqu'à présent, l'entreprise publique française se contentait d'affirmer qu'elle avait agi sous la contrainte des forces allemandes qui occupaient la France, quand elle avait transporté 76.000 juifs promis aux camps de concentration.

Mais la direction de la SNCF a finalement choisi de se repentir publiquement au vu des enjeux financiers de deux contrats pour des lignes ferroviaires aux Etats-Unis qui pourraient rapporter des dizaines de milliards de dollars à la compagnie et à son fournisseur de trains, le groupe français Alstom.

Début novembre, le président de la SNCF, Guillaume Pepy, a fait part du "souhait de la SNCF d'exprimer sa profonde peine et son regret pour les conséquences de ses actes" réalisés sous la contrainte "de la réquisition", selon le journal français Le Monde daté de vendredi.

Dans un communiqué, dont l'AFP a obtenu une copie, M. Pepy fait référence au discours prononcé en 1995 par le président français Jacques Chirac qui a dit: "oui, la folie criminelle de l'occupant a été secondée par des Français, par l'Etat français."

"En tant que bras de l'Etat français, la SNCF reprend à son compte ces mots et la peine qu'ils reflètent pour les victimes, les survivants et leurs familles qui ont souffert à cause de notre rôle pendant la guerre", a écrit le patron de la SNCF.

Le communiqué de M. Pepy a été remis lors de son déplacement à Fort Lauderdale devant des élus de l'Etat de Floride (sud-est), où est prévue une ligne à grande vitesse entre les villes de Tampa et Orlando, et des associations juives, à l'occasion d'une présentation du projet.

La SNCF est aussi contrainte de rendre des comptes sur son action pendant la Seconde Guerre mondiale en Californie où elle est candidate à la construction d'une ligne à grande vitesse (ouest).

En Californie, le démocrate Bob Blumenfield a fait voter une loi – finalement bloquée par un veto du gouverneur – qui oblige tous les candidats à un contrat à faire la lumière sur leur éventuel rôle dans le transport de déportés de 1942 à 1944. Et un élu de Floride à la Chambre des représentants, le démocrate Ron Klein, a déposé au niveau fédéral un projet de loi similaire.

A défaut d'être mentionnée dans les textes, la SNCF est clairement visée par les élus américains, qui lui reprochent de ne pas reconnaître sa responsabilité dans cet épisode de l'histoire.

Fin août, M. Pepy avait déclaré que la SNCF était prête à ouvrir ses archives aux Américains et qu'il prenait cette affaire "très au sérieux".

Mais il s'en était tenu à la position officielle de l'entreprise, mettant en avant que les cheminots étaient "sous le joug de l'occupant nazi", que nombre d'entre eux s'étaient engagés dans la Résistance et que plus de 2.000 avaient été "exécutés".

Une position relayée par l'ancien Premier ministre français Jean-Pierre Raffarin lors d'une visite au Congrès américain en septembre.

(©AFP / 12 novembre 2010 18h14)

 
Comments Off on Trop, c'est trop
 
By admin | December 25, 2008 - 12:00 pm
Posted in Category: crise, finance, français, shoah

Je laisse la parole à Alain…

madoffEn ce matin du 25 décembre, le monde des possédants se retrouve bien loin de "l'heure tranquille où les lions vont boire" chère au Victor Hugo de "La légende des siècles" (voir Booz endormi).
Dans le marigot où reposaient, paisiblement mêlés, les prédateurs de tous poils, une vérité cruelle a circulé de bouche en bouche : La Bête immonde de la Rapacité s'est emparée du "Grisbi".
S'y retrouvent aussi quelques éternelles victimes : gens intègres, oeuvres caritatives, vêtus "de probité candide et de lin blanc" (toujours "la légende des siècles").
Selon ses propres conceptions de la vie, ou laissera filer (ou non) la bile sur "ces cochons de riches" dépossédés, l'on pleurera sur la bonne foi trahie. En gros on glosera pour rien, on oubliera l'essentiel.
On se fera rouler dans la farine et l'article cité ci-dessous aura atteint son but : détourner notre attention de l'évidence.

La réalité cruelle, tellement vraie qu'il ne faut pas la voir, c'est que "la Bête immonde de la Rapacité", celle qui a tant enrichi un petit nombre pendant des années, a condamné le plus grand nombre à la médiocrité ou à la misère.

Voir cet article du Monde

 
Comments Off on La métamorphose des cloportes
 
By admin | May 30, 2007 - 7:30 am

ShekelHaaretz nous rappelle que la vie n'est pas facile pour les survivants de la Shoah, surtout en Israël…

On les savait déjà souvent à la soupe populaire mais voici qu'il y a pire: bien que le gouvernement se prépare à publier la liste des personnes à dédommager, les banques s'y refusent catégoriquement.

 
Comments Off on Pas un shekel pour les mortels