By admin | June 4, 2007 - 7:53 am
Posted in Category: cdm, english, libéralisation, pollution

Pouah!The Guardian nous propose une inquiétante étude des 17 organisations chargées du courtage des parts de pollution entre pays industrialisés et pays en voie de développement.

Il appert que 3 d'entre elles se montrent suffisemment incompétentes (la fraude n'est pas encore avérée) pour qu'un écart représentant 20% des parts vendues soit observé…

De même, le CDM (pour Clean Development Mechanism), l'organisme international chargé de gérer ces organismes, a aussi pour mission de controler les projets dits peu polluants émanant de pays émergents. Il apparait qu'en Inde, un tiers de ces projets, pourtant certifiés, ont failli aux contrôles effectués.

Bref, on pollue 20% plus que prévu et les projets autoproclamés "propres" ne le sont pas, bienvenue dans ce monde libéralisé.

 
Comments Off on La sale gestion de la saleté