En 1948, les Américains ont laissé le monde se faire surprendre en reconnaissant illico l'état d'Israël auto-proclamé.
En 2010, ils cherchent à s'assurer que, malgré la reconnaissance croissante des autres pays, dont celle promise hier, de la Bolivie, et les pressions européennes dans ce sens, l'état Palestinien ne sera, de facto, jamais une réalité :

Les Palestiniens déplorent la résolution de la Chambre américaine

RAMALLAH (Territoires palestiniens) – L'Autorité palestinienne a regretté une résolution de la chambre des Représentants américaine qui condamne toute déclaration ou reconnaissance unilatérale d'un Etat palestinien et défend une solution négociée du conflit avec Israël.

"Nous nous sommes consacrés aux négociations pendant près de vingt ans et aujourd'hui nous sommes pris au piège d'un processus qui pour l'instant n'a rien changé à l'occupation" israélienne, a affirmé le négociateur en chef Saëb Erakat dans un communiqué publié vendredi.

"Contrairement au gouvernement israélien, qui se satisfait du statu quo de l'occupation et de la poursuite de la colonisation, le peuple palestinien doit rechercher sa liberté par le biais de n'importe quelle option pacifiste qui lui est offerte", a plaidé M. Erakat.

Il a accusé la chambre basse du Congrès de "placer un obstacle de plus à la paix entre la Palestine et Israël".

Mercredi, la Chambre a dans une résolution réaffirmé son "opposition à toute tentative pour établir ou chercher la reconnaissance d'un Etat palestinien en dehors d'un accord négocié", appelant les gouvernements étrangers à "ne pas accorder une telle reconnaissance".

Le Brésil et l'Argentine viennent de reconnaître un Etat palestinien à l'intérieur des frontières de 1967, soit avant la guerre israélo-arabe et l'occupation de Gaza et de la Cisjordanie qui a suivi.

La Bolivie va faire de même, son président Evo Morales ayant annoncé vendredi que son pays allait reconnaître la semaine prochaine la Palestine comme un "Etat indépendant".

Pour les Etats-Unis, une telle reconnaissance est "contre-productive" pour la paix.

"Reconnaître l'Etat de Palestine dans les frontières de 1967 est une décision souveraine, unilatérale par des Etats individuels. Si les Etats-Unis peuvent choisir de ne pas reconnaître notre Etat, ils ne peuvent empêcher d'autres Etats d'exercer leur droit souverain", proteste M. Erakat.

L'Autorité palestinienne ne décolère pas depuis que Washington a reconnu son échec à obtenir d'Israël un gel de la colonisation juive.

Soutenue par la Ligue arabe, elle a exclu toute reprise des négociations avec Israël sans un arrêt de la colonisation et demandé à Washington de présenter une "offre sérieuse".

M. Erakat a appelé la communauté internationale à "sauver la solution à deux Etats (palestinien et israélien) en reconnaissant l'Etat palestinien dans les frontières de 1967".

(©AFP / 17 décembre 2010 20h57)